samedi 20 février 2010

La ville de la Ferté alais rend hommage à Albert CAMUS


Comment présenter Albert Camus ? 

Pauvre parmi les pauvres, entre le boursier de l’éducation Nationale et le Prix Nobel de Littérature, il y a une vie, une courte vie.
De son père, Camus ne connaîtra que quelques photographies et une anecdote significative : son dégoût devant le spectacle d'une exécution capitale.
Sa mère est en partie sourde et ne sait ni lire ni écrire : elle ne comprend un interlocuteur qu'en lisant sur ses lèvres. Ils vivront tous deux à Belcourt, un quartier populaire d'Alger.

Albert Camus fait ses études à Alger. À l'école communale, il est remarqué en 1923 par son instituteur, Louis Germain, qui lui donne des leçons gratuites et l'inscrit en 1924 sur la liste des candidats aux bourses, malgré la défiance de sa grand-mère qui souhaitait qu'il gagnât sa vie au plus tôt. Camus gardera une grande reconnaissance à Louis Germain et lui dédiera son discours de prix Nobel.
Camus aura une vie de rebelle, non inféodé aux pouvoirs et aux idées rétrogrades.

Qu’on en juge :

Combattant contre le régime de Vichy.
Résistant ( et il n’étaient pas nombreux les philosophes ! )
Prudent à l’égard des Etats Unis, comme de l’Union Soviétique ou du régime maoiste ;

Albert Camus fut l'opposant de toutes les terreurs, de toutes les peines de mort, de tous les assassinats politiques, de tous les totalitarismes.
Aucun camp, aucun parti, juste la révolte qui gronde et l’engagement!
Albert Camus a souvent dit sa détestation du capitalisme dans sa forme libérale, du triomphe de l'argent roi, de la religion consumériste.
Il ne cessera de célébrer le pouvoir syndical, la force du génie colérique ouvrier, la puissance de la revendication populaire.

Pour Camus, la liberté sans la justice, c'est la sauvagerie du plus fort, le triomphe du libéralisme, la loi des bandes, des tribus et des mafias ; la justice sans la liberté, c'est le règne des camps, des barbelés et des miradors.
Albert Camus voulait une économie libre dans une société juste. Car la société est injuste pour les plus faibles, Les plus humbles.

Albert Camus, est un écrivain, dramaturge, essayiste et philosophe français. Il fut aussi un journaliste militant engagé dans la Résistance et dans les combats moraux de l'après-guerre.

L'œuvre de Camus comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurdité de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir ».
La ville de la Ferté alais a fait graver dans la roche la phrase:

«Il ne suffit pas de dénoncer l’injustice, il faut donner sa vie pour la combattre».

Le mardi 16 février 2010, en présence de collégiens, la ville de la Ferté alais a rendu hommage à Albert Camus mort le 4 janvier 1960 à Villeblevin dans l'Yonne, à 47 ans.

La ville de la Ferté alais possède un collège Albert Camus et je ne pourrai faillir au devoir de mémoire sans préciser que mon ami, René CHAUMETTE, fut à l’origine de la création du collège et lui à donné ce nom ô combien chargé de sens pour les jeunes qui le fréquentent depuis 1970.