jeudi 23 septembre 2010

L'Essonne - 1er département en grandes surfaces

Notre département de l’Essonne est le département qui décroche la palme en matière d’implantation de grandes surfaces avec plus de 246 069 m².

Les conséquences sont parfois désastreuses. A y regarder de près les emplois créés ne couvrent pas les emplois détruits, les consommateurs sont victimes de prix qui augmentent, les centres villes sont dévitalisés etc…et bien souvent ces surfaces commerciales laissent place, faute de preneur pérenne à des friches commerciales.

Les villes de Brétigny et d’Arpajon n’échapperont pas aux conséquences dévastatrices sur les petits commerces avec le projet d’envergure de création de surface commerciale de 31 340 m².

A titre d’exemple, selon la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Essonne, 76 disparitions de librairies ont été enregistrées depuis 10 ans, en Essonne.

En d’autres termes, « une librairie disparait chaque mois… ».

Ainsi, il est incontestable que l’ouverture d’une grande surface ( + de 3000 m² Intermarché ) par exemple, à Itteville comportant un rayon presse, librairie et papeterie est une raison majeure.

Il importe de rappeler en outre que les ouverture du magasin ALDI sur la commune de Baulnes, l’agrandissement du magasin Carrefour Market à la Ferté alais ( comprenant là encore, un rayon papeterie - presse) d’un Intermarché à Ballancourt (avec là encore un rayon papeterie - presse), n’est évidemment pas sans incidences pour le petit commerce.

De même, d’autres petits commerces sont malheureusement exposés. Il en fut ainsi de la boulangerie MOURET, à la Ferté Alais qui a déjà fermé.

Des commerces de vêtements s’apprêtent également à « baisser le rideau » prochainement.

Les Elus de la ville de la Ferté alais, ont à plusieurs reprises alerté, tant la Préfecture, que la CCVE que la Chambre de Commerce et d’Industrie sur les conséquences préjudiciables de l’ouverture substantielle de grandes surfaces sur le territoire de la CCVE et il est inutile de nier l’impact certain.

La ville de La Ferté alais, s’est ainsi opposée lors des CDEC ( Commission Départementale d’Equipement Commercial qui autorise les ouvertures de grandes surfaces) et des Commissions Nationales, de l’époque, à l’implantation de l’intermarché, puis à celle relative à la création d’une galerie marchande en bordure de l’Intermarché d’Itteville.

Nous nous permettons de citer les conclusions de l’étude de la Chambre de Commerces et d’Industrie de l’Essonne, s’agissant des grandes surfaces entourant la ville de la Ferté Alais


RAPPORT D’INSTRUCTION ETABLI POUR LA COMMISSION
DEPARTEMENTALE D’EQUIPEMENT COMMERCIAL DE
L’ESSONNE
Demande d’extension de 743 m2 de l’hypermarché INTERMARCHE à Itteville
(3 243 m2)
CONCLUSION
« Cette création va conforter un pôle commercial périphérique qui va entrer en concurrence directe avec les magasins traditionnels de proximité et va par conséquent contribuer à fragiliser encore un peu plus l’attractivité des centres-villes, dont ceux de la Ferté-Alais et deBallancourt.
Même si la zone de chalandise présente des densités commerciales inférieures aux moyennesde référence, replacé dans un contexte géographique plus étendu, il apparaît que le Val d’Essonne est sous l’influence directe d’importants pôles commerciaux tels que Villabé, ou encore Corbeil-Essonnes et Brétigny sur Orge. Cette situation limite d’autant les possibilités d’implantation de nouveaux équipements dans le secteur d’étude du projet.
Par ailleurs, une trentaine de locaux commerciaux vides sont comptabilisés sur l’ensemble de la Communauté, dont près d’un tiers sur la commune de Ballancourt sur Essonne et presqu’un quart à Itteville. Cette concentration de locaux vacants s’explique par un affaiblissement du tissu commercial des centres-villes. L’implantation consécutive de plusieurs grandes et moyennes surfaces spécialisées dans ce secteur géographique, (création d’un hypermarché à l’enseigne INTERMARCHE à Itteville, extension du supermarché CHAMPION à la Ferté- Alais) concourent à cette situation. Enfin, les ouvertures récentes et les dernières autorisations en CDEC vont certainement accentuer encore ce phénomène (CHAMPION et PICARD à Ballancourt).
Avec un taux d’emprise en alimentaire de près de 25 %, cette extension va modifier les équilibres commerciaux de la zone de chalandise et fragiliser les commerces indépendants de centres-villes. Ce risque est d’autant plus marqué, que l’hypermarché va développer des rayons tels que boucherie, poissonnerie et boulangerie-pâtisserie.
En effet, dans le secteur alimentaire, les consommateurs privilégient la proximité, ils réalisent leurs principaux achats proche de leur domicile. Le chiffre d’affaires supplémentaire réalisé sera majoritairement prélevé sur les commerçants déjà présents au sein de la zone de chalandise, notamment sur les commerces alimentaires de centres-villes et dans une moindremesure sur l’évasion commerciale. »

RAPPORT D’INSTRUCTION ETABLI POUR LA COMMISSION
DEPARTEMENTALE D’EQUIPEMENT COMMERCIAL DE
L’ESSONNE
Projet de création d’un ensemble commercial de 3 330 m2 à Itteville :
GIFI, LA HALLE AUX CHAUSSURES, DEFIMODE, magasin de surgelés

CONCLUSION
« Cette création va conforter un pôle commercial périphérique qui va entrer en concurrence directe avec les magasins traditionnels de proximité et va par conséquent contribuer à fragiliser encore un peu plus l’attractivité des centres-villes, dont ceux de la Ferté-Alais et deBallancourt.
Même si la zone de chalandise présente des densités commerciales inférieures aux moyennes de référence, replacé dans un contexte géographique plus étendu, il apparaît que le Val d’Essonne est sous l’influence directe d’importants pôles commerciaux tels que Villabé, ou encore Corbeil-Essonnes et Brétigny sur Orge. Cette situation limite d’autant les possibilités d’implantation de nouveaux équipements dans le secteur d’étude du projet.
Par ailleurs, une trentaine de locaux commerciaux vides sont comptabilisés sur l’ensemble de la Communauté, dont près d’un tiers sur la commune de Ballancourt sur Essonne et presqu’un quart à Itteville. Cette concentration de locaux vacants s’explique par un affaiblissement du tissu commercial des centres-villes. L’implantation consécutive de plusieurs grandes et moyennes surfaces spécialisées dans ce secteur géographique, (création d’un hypermarché à l’enseigne INTERMARCHE à Itteville, extension du supermarché CHAMPION à la Ferté- Alais) concourent à cette situation. Enfin, les ouvertures récentes et les dernières autorisations en CDEC vont certainement accentuer encore ce phénomène (CHAMPION et PICARD à Ballancourt). ».

Malheureusement depuis un an, la loi a changé et la Chambre de Commerce et d’Industrie, pourtant partenaire légitime et indispensable, ne siège plus au sein des Commissions Départementale d’Aménagement Commercial ( CDAC).

Dès lors, Porte ouverte est donnée aux grandes surfaces ( en Essonne 1er département de France en matière de grandes surfaces…) au risque de fermer les portes de nos petits commerces.

Le petit commerce de proximité c’est l’affaire de tous.

Philippe AUTRIVE